La location de bateaux en France est libre de droit parce que cette activité est légale. Elle est faite en général au profit de particuliers. Cependant, ce business de plus en plus développé n’est pas dans l’informel. En effet, en plus de la réglementation, il doit respecter certains paramètres. Ce sont entre autres, la révision technique annuelle, l’équipement de secours, les règles de location, la Division 240. Ces données valent aussi bien pour le propriétaire que pour le locataire. Voici indiqué dans le détail, comment louer un bateau.

Voir une agence de location

La passion pour cap ne suffisant pas pour mener sa barque, vous devez savoir naviguer. En France, un propriétaire de bateau ne vous exigerait pas un permis de conduire. À la limite un CV nautique suffirait pour qu’il vous le cède. Dans d’autres États, tel l’Espagne, il est impératif d’en avoir. En Italie, un Certificat Restreint de Radiotéléphoniste est exigé.

Si vous remplissez l’une de ces conditions, vous pouvez conclure un accord. Le contrat doit porter sur les éléments suivants :

  • l’état des lieux,
  • l’assurance,
  • vos identités,
  • le périmètre à visiter,
  • les dates d’aller et de retour, le nombre de personnes à bord, etc.

Pour l’état des lieux, le propriétaire doit informer le client de l’autorisation qu’il a à louer son bateau et des risques que couvre l’assurance. La loi, Division 240, exige qu’il tienne un registre où il pourra enregistrer les transactions et les résultats des révisions techniques, le tout étant à mettre à la disposition du client dans la cabine de navigation.

Solliciter un particulier

Toujours en tenant compte de vos envies de visiter le paysage marin, vous avez une claire idée des plans d’eau à visiter. Aussi, votre emploi du temps, vous permettant une échappée durant une longue période, vous pouvez opter pour un voilier transportable de sorte à le mettre à flot partout. Mais pour une courte durée de navigation dans l’étendue d’eau située à proximité, un bateau est l’idéal.

Un loueur particulier fait également votre affaire. En général, ils font des appels à location à travers les médias dédiés, les clubs et autres points de retrouvailles des navigateurs et autres fanatiques des croisières. Autrement, les particuliers ont un portefeuille client restreint et ils s’appuient sur des courtiers. Évidemment, une question de confiance se pose, pour laquelle l’intermédiaire s’engage à assumer tous risques au nom du locataire. Pour le reste, la signature du contrat sur la base de vos identités, le paiement des frais de location, etc. suffisent pour aller en mer.

Deux éventualités fondées sur la compétence

Tant que vous êtes assuré de maîtriser la navigation, ou que le loueur est un professionnel, vous avez de fortes chances de louer un bateau à moteur, un voilier, un catamaran ou un semi-rigide. L’accord tiendra compte de ces facteurs :

  • la qualité de l’embarcation,
  • la validité de l’assurance,
  • les frais de location,
  • les frais de carburant et d’entretien,
  • et du paiement partiel ou intégral.

Il importe de veiller à la disponibilité de l’autorisation de louer le bien, la preuve d’information des ports par le propriétaire. Le bateau est-il équipé d’un matériel de secours ? Il s’agit donc de vérifier la présence d’une combinaison de protection, d’un dispositif lumineux, d’un équipement individuel de flottabilité, d’un annuaire de marée, des fusées à parachute et des feux rouges à main entre autres.

Lisez également